Du rêve à la réalité

"C'est le sourire des enfants qui lui donne le courage de poursuivre son œuvre"

Dans Arunachal Pradesh, un moine, Lobsang Phuntsok a créé une école et un domicile pour des enfants démunis pour qu'ils puissent survivre à leur passé.

Il y a une sérénité pondérée chez cet homme de 42 ans.

En 2006, Lobsang ouvre

 "son Jardin d'Amour et de compassion" (Jhamste Gatsal en Tibétain), qui abrite aujourd'hui 86 enfants heureux.

Pour ces abandonnés, abusés, orphelins, Lobsang est à la fois leur professeur et leur seul espoir.

Lobsang, dont le nom signifie littéralement " le cœur gentil", a eu, lui aussi, une enfance très difficile.

 

Très jeune, il a été sauvé par ses grands-parents qui l'ont recueilli dans leur maison et ont donné une nouvelle direction à sa vie.

 

Lobsang raconte Jhamtse Gatsal

Le tournant est venu quand son grand-père a voulu qu'il aille, à l'âge de 6 ans, dans un monastère.  Lobsang "répondit " jamais de ma vie je serais moine !!

 

Mais ce jour-là, un hélicoptère de l'armée volait au-dessus du village. "Son grand-père a eu une idée : il lui dit "si tu deviens moine, tu pourras voyager en hélicoptère ! Lobsang a été tout de suite d'accord.

Il commence alors sa vie d'étudiant au monastère Seraje, dans le lointain Karnataka au sud de l'Inde. Il est instruit et éduqué dans la philosophie bouddhiste. 

Le destin de Lobsang Phuntsok prend une autre dimension, quand en 2000, il accompagne le Rinpoche Tsona Gontse du monastère de Bomdila d'Arunachal Pradesh pour la conférence de la Paix du Millénaire aux États-Unis.

Pendant cette visite, il est invité à enseigner le bouddhisme à Boston et a décidé d'y rester quelques années.

De retour en Inde, Lobsang était envahi par le sentiment de désespoir. Partout où se pose son regard, il ne voit que des enfants vivant dans une misère épouvantable. 

Il décide alors de retourner enseigner aux États-Unis, pour gagner de l'argent et réaliser son rêve :

 

"ouvrir une école-orphelinat dans sa région natale de Tawang".

 

Son rêve se réalise en 2006, lorsque Jhamtse Gatsal accueille un premier groupe de 34 enfants démunis.

 

Parmi eux : des orphelins, des enfants dont les parents étaient dans l'impossibilité de les nourrir ou de prendre soin d'eux. 

Lobsang se souvient de leur arrivée : ils étaient effrayés, affamés et méfiants.

Lentement, à Jhamtse Gatsal, ils apprennent à avoir confiance en eux, envers les autres enfants et envers les personnes qui s'occupent d'eux.

Il a fallu au moins un mois pour que les enfants puissent jouer ensemble et rire sans crainte.

Aujourd'hui, les 84 enfants de l'école de Jhamtse sont répartis dans quatre maisons familiales, avec une Amala (maman en langue tibétaine), par maison.

Chaque Amala s'occupe de 21 enfants.

 

Environ 30 membres du personnel, dont les professeurs, sont engagés dans le rêve de Lobsang, rêve devenu réalité.

Lobsang, lui, est le directeur, le père et l' ami pour les enfants qu'il accueille. 

L'école de Jhamtse Gatsal subsiste uniquement grâce aux dons et aux parrainages. 

En fin de compte, c'est l'espoir et l'amour qui fait de Jhamtse Gatsal une école différente. 

 

Comme Lobsang Phuntsok aime le dire :

 

 

"quand ils jouent, ils étudient et sourient, ils m'incitent à continuer."